Les dernières brèves xrings

 
xrings, webzine Apple et Mac OS X, Internet et nouvelles technologies.
vendredi 22 mai 2009 - 01:00 / 
Création
 

Appel à participations pour la WikiPlaza

Appel à participations pour la WikiPlaza, Interface, Développement, Temps réel, Interactivité, Électronique, Art, Performance, Capteur, Culture

Une expérimentation urbaine sur la production sociale d’espaces médiatisés par des technologies.

Du 29 mai au 7 juin 2009, le projet WikiPlaza-Bastille s’installe à Paris, porté par Cap Digital et conçu par le collectif espagnol d’artistes et architectes hackitectura.net.

Ce MediaLab temporaire explore les enjeux et les problématiques liés à notre société contemporaine étendue de flux numériques. Durant 10 jours, des temps de discussions, de présentations, d’expérimentations et de performances sont prévus et ouverts à vos contributions : chaque personne porteuse de projets artistiques, culturels, scientifiques ou techniques pourra les présenter afin de partager ses réflexions ou ses expériences. Sur des créneaux de 1 à 2 heures, il vous est possible d’intervenir dans des domaines particuliers : diffusion de projet ou de création, échange autour d’un savoir ou d’une démarche ou encore atelier pour transmettre un savoir-faire spécifique ou une pratique.

Les personnes qui souhaitent proposer un contenu pour un atelier, une rencontre ou une présentation sont invitées à s’inscrire préalablement sur un calendrier mis à leur disposition en ligne. En fonction du nombre de propositions, une plage horaire sera réservée et ces interventions seront communiquées sur les sites futur-en-seine.fr et wikiplaza.org.

Les domaines de spécialités de chacun questionnant notre société à l’ère numérique peuvent être :

-  des recherches et des travaux théoriques des domaines de la philosophie et des sciences humaines ;

-  des recherches et des travaux théoriques des domaines de la philosophie et des sciences humaines ;

-  des présentations de projets artistiques, culturels ou techniques ;

-  des démonstrations et/ou des ateliers autour d’une pratique numérique des domaines techniques, culturels ou artistiques ;

-  des développements technologiques particulièrement dans le domaine des logiciels et matériels libres /open source ;

-  des propositions artistiques sous forme d’interventions ou de performances.

Deux espaces d’intervention au MediaLab de la WikiPlaza ayant leurs propres plages horaires vous sont proposés :

Atelier O !

Cette catégorie est ouverte à tout type de propositions permettant un échange dans la pratique.

-  Les lundi, mercredi et vendredi de 12h à 14h et de 18h à 20 ;
-  Les dimanche, mardi, jeudi et samedi de 15h à 17h.

DIY AperoDemoPerf

Cette catégorie est orientée vers les présentations de projets, les démonstrations et les propositions artistiques.

-  Tous les jours de 20h à 21h30.

Comment participer à la WikiPlaza ?

En vous connectant sur le calendrier, vous pouvez indiquer votre nom, e-mail, téléphone, une synthèse de votre proposition ainsi que le support technique requis pour son déroulement.

Lien vers le calendrier : http://wikiplaza.org

Naviguer, penser, habiter la ville réseau

Présentation de la WikiPlaza par le collectif hackitectura.net

Les flux électroniques, qu’ils soient amicaux ou hostiles, ont transformé la métropole contemporaine. Leur omniprésence nous invite à penser à un nouvel espace public où l’interaction entre atomes et bits crée des nouvelles formes de beauté et donne lieu à de nouveaux potentiels émancipateurs.

Les habitats numériques, la dimension numérique du territoire et l’opportunité de réappropriation de ce qui est public qu’offrent les technologies de l’information et de la communication seraient les nouvelles réalités qui définiraient ce nouvel espace public.

Spécifiquement, la place publique du futur serait comme un nœud actif du réseau numérique de l’information, fonctionnerait comme un système opératif, et s’exprimerait à travers une nouvelle matérialité fruit du croisement des fluides physiques et mentaux, électroniques et électromagnétiques.

Cet espace hybride aux multiples couches serait en transformation permanente : la production sociale résultante des désirs et des activités de ses habitants. Un espace comme "l’urbanisme unitaire" imaginé dans les années 60 par les situationnistes, mais nouveau.

Les infrastructures et outils numériques nous permettent d’explorer ce futur potentiel de l’espace public comme un laboratoire de citoyenneté et de nouvelles libertés médiatisé par les technologies, qui transfère au monde des atomes, les expériences des communautés numériques développées pendant les dix derniers années. Ainsi comme flickr, youtube ou wikipedia se construisent grace à la collaboration de milliers de membres qui forment ces communautés, cet espace urbain se construira avec la participation d’artistes, de techniciens et de citoyens.

Antécédents

En 2006, hackitectura.net a créé le concept de la Wikiplaza comme le résultat d’un travail de recherche commencé en 2003 dans lequel il propose la création d’un espace public qui puisse être construit et transformé de manière coopérative grâce à l’implication de nouveaux réseaux d’infrastructures technologiques citadines et du développement d’une série de protocoles d’usages ouverts et participatifs.

Ces idées ont été appliquées dans le projet lauréat de la Plaza de las Libertades de Séville, en collaboration avec l’équipe de Morales de Giles Arquitectos et Esther Pizarro. L’objectif fixé pour cette phase est l’expérimentation dans l’espace urbain des questions conceptuelles suivantes :

1. L’espace public comme Système d’Exploitation
2. L’espace public comme nœud actif du Réseau des Réseaux
3. L’espace comme interface avec des flux électroniques
4. L’espace public électromagnétique
5. L’écologie numérique urbaine
6. L’espace public comme jardin de puces électroniques (interaction entre des flux naturels et électroniques)
7. L’espace public comme wiki (construction social-collaborative de l’espace public)

WikiPlaza Paris - Futur en Seine

Le prototype de la Wikiplaza presenté à Paris, consiste en une infrastructure développée avec des éléments architectoniques légers et des systèmes technologiques (hardware, netware et software) conçus pour un usage public ouvert et participatif. Cette infrastructure fonctionne comme une extension ou une amplification de l’espace public existant, en connectant des lieux distants et des ressources numériques. Les idées de liberté de connaissance, de distribution d’information et d’accès aux réseaux sont la clef de la Wikiplaza. Elle s’implémente à travers l’usage de software et hardware libres et agit comme un nœud, un centre connecté à d’autres nœuds de Futur en Seine.

Informations pratiques

La WikiPlaza sera ouverte du 29 mai au 7 juin 2009
Horaires d’ouverture publique : tous les jours de 12h à 22h (dimanches et jours fériés inclus)
Nocturnes : ouverte jusqu’à minuit le samedi 30 mai et dimanche 31 mai, et minuit et demi le samedi 6 juin 2009
Fermeture : le dimanche 7 juin 2009 à 18h
Place de la Bastille 75012 PARIS
Métro : Bastille (ligne 1, 5, 8)
Bus : Bastille (bus 20, 29, 65, 69, 76, 86, 87)

 
Voir en ligne : Le site de la WikiPlaza
 
Participer à un workshop de création tout en découvrant Processing

Après une première approche de Processing en avril dernier, nous vous indiquons aujourd’hui la possibilité de passer à la pratique. La Maison populaire de Montreuil (93) organise du 28 octobre au 29 novembre 2008 un workshop de création Haïkus multimédias animé par Maxime Marion, dont nous vous avions également présenté le travail à travers son installation Chessynthesis il y a quelques mois.

L’objectif de l’atelier Haïkus multimédia est de permettre à chacun de découvrir par la pratique les enjeux et mécanismes de l’art génératif, en proposant la création de générateurs de « haïkus numériques » (texte/son/image) par le biais du logiciel Processing. Ici, nul besoin de se cantonner à du texte. Documents personnels (photographies, vidéos, lettres...) sont les matériaux de base à un travail de relectures inattendues de sa propre histoire, à la création de nouveaux éléments (plans filmés, enregistrements...) et, enfin, à la détermination des règles de leurs enchaînements donnant alors naissance à l’émergence d’un nouveau sens.

Réaliser une œuvre dynamique implique de programmer. Pour cela, priorité est donnée au logiciel gratuit et open source Processing. Créé par des artistes pour des artistes, abordable mais puissant, il est idéal pour débuter dans ce domaine.

Les poèmes génératifs ainsi réalisés intégreront du 1er décembre au 20 décembre 2008 l’exposition dédié au projet IN/OUT X.0 initié par la CiTu, laboratoire de recherche de Paris 8. IN/OUT X.0 est dédié à l’approche collaborative de la création numérique à travers un dispositif expérimental de création P2P (pair à pair). Constitué d’un ensemble de cellules/projets de création interconnectés, IN/OUT X.0 interroge les enjeux sociaux et artistiques des technologies de l’information et de la communication. Présenté simultanément à l’Ecole d’art de Poitiers, au Cube à Issy-les-Moulineaux, Ars Longa et La Bellevilloise à Paris, L’Autre canal à Nancy..., vous pourrez ainsi participer à ce projet collaboratif et découvrir le travail d’Olivier Auber, Emilie Brout, Thomas Cheneseau, Vincent Ciciliato, Dominique Cunin, Florent Di Bartolo, Vincent Goudard, Yves-Maris Lhour, Maxime Marion, Benoît Meudic, Mayumi Okura, Olivier Perriquet...

Jocelyne Quélo

 
Voir en ligne : En savoir plus sur l’atelier
 
Forum des acteurs, des réseaux, et des expressions multimédias, Logiciel libre, Développement, Open Source, Art, Numérique

En ce mois d’octobre, l’actualité est dense en matière d’arts numériques et de culture multimédia. Cependant, une information arrivée dans ma messagerie a retenu mon attention.

La fédération culture-multimedia.org organise la première édition du Forum des acteurs, des réseaux, et des expressions multimédias (FAREM) les lundi 20 octobre et mardi 21 octobre 2008, à Bordeaux.

L’objectif de ce forum est de rassembler les professionnels du secteur culture multimédia et tous les curieux, pour :
-  développer ensemble la compréhension du secteur de la culture multimédia,
-  professionnaliser le secteur,
-  développer de nouveaux modèles économiques pour les projets.

Au programme : ateliers thématiques, rencontres des acteurs partenaires, présentations d’initiatives innovantes.

Et, effectivement, ce programme est copieux ! Vous pouvez en trouver le contenu détaillé sur le site de la fédération culture-multimedia.org.

Avis aux amateurs et curieux !

Pour toutes informations complémentaires : info [at] culture-multimedia.org

Jocelyne Quélo

 
Voir en ligne : Fédération nationale des acteurs « culture multimédia »
 
« Téléchargez-moi », l'appel de quatre-vingt-six artistes contre le projet de loi Création et Internet, Réseau, Internet, W3C, Partage, télécharger, Pétition, Social, Art, Multimédia, Culture, Numérique

Après la branche française de l’Isoc en juin, c’est sa branche européenne, l’Isoc-EEC, qui, samedi dernier, exprimait son opposition au projet de loi Création et Internet, demandant son retrait (Voir l’article Riposte graduée : « Un manque de compréhension de ce qu’est l’Internet », selon l’Isoc Europe publié dans Écrans le 8 septembre dernier.)

Aujourd’hui, les artistes prennent la parole. Aussi, je me permets de retranscrire ici l’appel reçu ce jour au sein de ma messagerie par Poptronics, l’agenda des cultures électroniques.

« Téléchargez-moi », l’appel de quatre-vingt-six artistes contre le projet de loi Création et Internet

Pour la première fois, la scène du Net s’unit pour publier un texte manifeste intitulé « Téléchargez-moi », qui dit non au projet de loi « Création et Internet », projet présenté en juin par la ministre de la Culture que le Parlement est supposé adopter cet automne.

Quatre-vingt-six artistes de milieux et de pratiques différents (art contemporain, art urbain, net-art, design, architecture, graphisme, littérature, poésie, son, théâtre...) signent cette pétition publiée sur Poptronics.fr lundi 8 septembre et dans Libération mercredi 10 septembre. Ce texte exige du gouvernement qu’il revoie sa copie en matière de « riposte graduée ». Concrètement, cette expression désigne une politique fondée sur la surveillance généralisée des réseaux et sur la mise en place d’une politique d’exclusion des internautes via leurs fournisseurs d’accès en cas de comportement contraire à la loi, c’est-à-dire en cas de téléchargement illégal de fichiers musicaux ou de films.

Cette pétition est désormais ouverte à tous sur le site d’Internet mon amour, le collectif d’« artisans » du réseau (chercheurs, artistes, critiques, observateurs et activistes) à l’initiative du texte. Elle sera au centre d’une Rencontre Internet Mon Amour « hors les murs » à Strasbourg le 27 septembre 2008, à deux pas du Parlement européen. Les Rencontres Internet Mon Amour ont été initiées à Paris au Centre Pompidou au début 2008.

Pourquoi le parlement européen ? Parce qu’il étudie en cette rentrée le « paquet Télécom » grâce auquel la France tente de gagner du terrain en termes de « riposte graduée ». Des signataires et un représentant de la Quadrature du Net, un des groupes d’influence qui œuvrent contre ce texte, seront présents à Strasbourg dans le cadre du festival de musique électronique de l’Ososphère, le 27 septembre à 15 h.

La pétition

« Téléchargez-moi »

Le projet de loi « Création et Internet » que le Parlement doit adopter cet automne nous préoccupe. Il est en total décalage avec notre réalité, bien loin de la « Création » et encore plus de cet « Internet » dont il prétend vouloir réguler les pratiques. Cela dit, il semble très naturel qu’une communauté de cinéastes « défendent cette loi sans réserve » et se fendent d’une tribune intitulée Culture ne rime pas avec gratuité dans Le Monde du 8 juillet. Comme il semble naturel que l’enjeu industriel soit au cœur de cette loi.

Sauf que. Depuis les débuts du World Wide Web, nous nous sommes pris au jeu de cette mutation et existons 1.0, 2.0, et demain 3.0. Nous sommes les créateurs de demain, sans prétention aucune. Très sérieusement et depuis longtemps, nous nous posons la question du droit d’auteur, celle de la diffusion des œuvres sur les réseaux et de leur réception. Tout comme nous nous posons la question de l’économie de la création, sur l’Internet et ailleurs.

Ce projet de loi est contraire à nos pratiques, tout comme il est extrêmement méprisant des usages et totalement ignorant d’un monde simplement contemporain.

-  Nous souhaitons qu’un projet de loi intitulé « Création et Internet » prenne en compte nos processus de création. C’est un droit.

-  Nous désirons partager et être téléchargés, sans filtrage aucun. C’est une nécessité.

-  Nous espérons que le principe démocratique selon lequel l’œuvre existe ou n’existe pas au travers du regard de l’autre s’applique à cette multiplicité que d’autres nomment « piratage ». C’est une revendication.

L’auteur, le créateur, le spectateur, a muté. L’œuvre est regardée, écoutée, partagée, comme jamais auparavant. Et c’est pourquoi créateurs et regardeurs ne peuvent être filtrés par une loi obsolète et crétine. Une loi qui asphyxie la « Création » et « l’Internet ».

Premiers signataires

Adrien Mondot, Agnès de Cayeux, Alain Escalle, Albertine Meunier, Alexandre Perigot, Anne Laforet, Annie Abrahams, Arno Fabre, Bérénice Belpaire, Bruno Samper, Caroline Hazard, Cécile Babiole, Cédric Pigot, Chloé Delaume, Christian Vialard, Christophe Bruno, Christophe Fiat, Christophe Jacquet dit Toffe, Claude Closky, David Guez, Dinah Bird, Electronic Shadow (Yacine Ait Kaci et Naziha Mestaoui), Emmanuel Maa Berriet, Emmanuelle Gibelo, Eryck Abecassis, Etienne Cliquet, Etienne Mineur, France Cadet, Franck Ancel, Francis Mizio, Gilbert Quélennec, Grégoire Courtois aka Troudair, Grégory Chatonsky, Invader, Jacques Perconte, Jan Kopp, Jean-Noël Montagné, Jean-Philippe Renoult, Jean-Philippe Roux, Jérôme Joy, Joachim Montessuis, Julien Lassort, Karine Lebrun, Karen O’Rourke, La Boîte Blanche, Louis Bec, Loz, Luc Dall’Armellina, Luc Martinez, Lucille Calmel, Lydwine van der Hulst, Lynn Pook, Magali Daniaux, Martin Le Chevallier, Mathieu Briand, Michaël Borras aka Systaime, M. Chat (Thomas Vuille du Collectif Chat), Nicolas Boone, Nicolas Clauss, Nicolas Frespech, Olga Kisseleva, Olivier Auber, Olivier Le Gal (collectif MU), Pascal Lièvre, Pascale Gustin, Paul-Armand Gette, Pavel Smetana, Pierre Beloüin (Optical Sound), Philippe Castellin (Akenaton/Doc(k)s), Philippe De Jonckheere, Philippe Langlois, Philippe Quesne, Pierre Bongiovanni, Pierre Giner, Ramona Poenaru, Roland Cahen, Shu Lea Cheang, Stéphane Sautour, Sylvie Marchand (Gigacircus), Thierry Théolier aka THTH, Triny Prada, Valéry Grancher, Vincent Elka aka Lokiss, Vincent Epplay, Wolf Ka (Compagnie Respublica), Xavier Cahen.

Le site de la pétition
http://www.internetmonamour.fr

Le site des Nuits de l’Ososphère
http://www.ososphere.org/2008/

La pétition sur Poptronics, l’agenda des cultures électroniques
http://www.poptronics.fr/Telechargez-moi-86-artistes-contre

La pétition dans Libération
http://www.liberation.fr/rebonds/351044.FR.php

Contact petition at internetmonamour.fr info at poptronics.fr

Jocelyne Quelo

 
Voir en ligne : Le site de la pétition
 
Chessynthesis, lorsque le code échiquéen devient partition musicale, Musique, Open Source, Interactivité, Processing, Reactable, Multimédia, Max-MSP

Il y a quelques temps, nous vous avions parlé de la Reactable, instrument de musique électro-acoustique pour utilisateurs multiples développé par Martin Kaltenbrunner et Ross Bencina, et de Processing, environnement Open Source multiplateforme pour la programmation d’événements multimédia interactifs et génératifs créé par Benjamin Fry et Casey Reas. Aujourd’hui, nous vous invitons a les découvrir de manière plus concrète du 13 mai au 30 mai 2008.

Maxime Marion, jeune artiste contemporain, travaille depuis quelques années autour de la notion d’interactions sociales par la musique. Au sein de la Maison populaire de Montreuil (93), il vous propose de découvrir sa dernière installation Chessynthesis.

Chessynthesis est un jeu d’échecs traditionnel où les positions des pièces sont interprétées pour retranscrire, en temps réel, l’état de la partie en son. Toutes les incidences tactiques et stratégiques du jeu y sont alors réinterprétées d’une manière sonore et harmonique. Le son, comme une nappe feutrée et à peine audible avant le début de la partie, évolue tout au long du jeu en crescendo, aboutissant à des variations parfois même tonitruantes. Le code échiquéen de notation des coups devient le système de partition de Chessynthesis ; le rythme et les variations dynamiques du joueur sont laissés à « la liberté du musicien ». Les joueurs/musiciens sont donc confrontés à un double enjeu : gagner la partie, et... composer de la musique.

Côté technique, Chessynthesis est basé sur le principe de la Reactable. Des marqueurs fiduciaires sont placés sous chaque pièce du jeu et permettent ainsi de les identifier. Une webcam, placée sous le plateau en verre du jeu lui-même, permet d’envoyer leurs mouvements au programme. Sont alors associés à chaque pièce du jeu des développements spécifiques sous Processing. Enfin, une diffusion quadriphonique assujettie aux sens de déplacements des pièces développées est contrôlée sous Max-MSP.

Jocelyne Quélo

 
Voir en ligne : Chessynthesis & Monkey_Party à la Maison populaire de Montreuil
 
xrings, webzine Apple et Mac OS X, Internet et nouvelles technologies.
vendredi 9 mai 2008 - 13:27 / 
Création
 

Sauvons la culture

Sauvons la culture, Culture

La remise en cause brutale de nombreux financements liés au soutien à la création, à la démocratisation de l’accès à la culture, à la politique de la ville, à l’éducation, l’enseignement supérieur et la formation professionnelle artistiques ou encore aux actions internationales, suscite inquiétude, indignation et colère chez tous ceux qui œuvrent au quotidien pour l’art et la culture.

Cinquante ans de politiques culturelles innovantes et audacieuses ont permis la création d’un maillage culturel territorial quasiment unique au monde dans notre pays. Des salles de cinéma, des théâtres, des bibliothèques, des lieux de spectacles et d’expositions, des orchestres, des artistes de toutes formes d’expression artistique (théâtre, danse, musique, cinéma, arts visuels, arts du cirque et de la rue...) qui se déplacent sur tout le territoire, des associations, des festivals et manifestations liés à tous les arts, permettent partout en France, à un vaste public de rencontrer des œuvres, leurs auteurs et interprètes.

Face au désengagement sans précédent de l’Etat, des artistes et des acteur(e)s du monde de l’art et de la culture, tous domaines confondus, se sont réunis pour affirmer le caractère essentiel de la création, le droit inaliénable pour tout être humain d’accéder à l’imaginaire et à la pensée, à l’éveil sensible et à l’esprit critique.

Tous les champs et toutes les disciplines de l’art et de la culture appellent à une mobilisation pour une politique culturelle ambitieuse, intelligente et généreuse, à la hauteur de l’enjeu démocratique.

Emparez-vous de ce texte, signez-le et faites-le signer...

Frédéric Guerrier

 
Voir en ligne : Signez et faites signer la pétition
 
xrings, webzine Apple et Mac OS X, Internet et nouvelles technologies.
Pétition pour l'accessibilité numérique des services publics, Web, Accessibilité

Plus de trois ans après la sortie de la loi pour "l’égalité des droits et des chances,... ", le décret qui doit préciser les modalités d’application de l’accessibilité numérique n’est toujours pas sorti. Cette situation ne peut pas durer !

Le pouvoir du Web est son Universalité. Qu’il soit accessible par n’importe qui quel que soit son handicap est un de ses aspects essentiels.

Tim Berners Lee - Directeur du W3C et inventeur du World Wide Web.

L’accessibilité du Web est la problématique de l’accès aux services et contenus en ligne pour les handicapés et les seniors. Définie par des normes techniques établies par la Web Accessibility Initiative (WAI) du World Wide Web Consortium (W3C), elle nécessite un traitement tout au long du cycle de vie d’un site Web, par l’ensemble de ses acteurs, via des méthodes d’applications, des référentiels métiers et une démarche de suivi. Bien qu’elle soit une composante et un levier d’amélioration de leur qualité globale, le degré d’accessibilité effectif des sites Web reste actuellement très faible.

Source Wikipedia

N’hésitez pas à aller signer cette pétition !

Frédéric Guerrier

 
Voir en ligne : Pétition pour l’accessibilité numérique des services publics
 
xrings, webzine Apple et Mac OS X, Internet et nouvelles technologies.
lundi 31 mars 2008 - 07:50 / 
Création
 

En avril, connecter tous les fils...

En avril, connecter tous les fils..., Multimédia, Culture

Avec le printemps arrive le temps des rencontres et des récompenses. Après la huitième cérémonie, le 21 mars dernier, des Big Brother Awards - « prix Orwell » décernés aux institutions, sociétés ou personnes s’étant distinguées par leur mépris du droit fondamental à la vie privée ou par leur promotion de la surveillance et du contrôle des individus -, ce mois d’avril parisien nous convie à bien des découvertes, mais cette fois-ci, dans le champ de la création multimédia.

Qwartz, prix des musiques nouvelles

Du 3 au 5 avril aura lieu la quatrième édition des Qwartz sous la présidence de Robin Rimbaud aka Scanner. Complété de lives et rencontres, cet événement international des musiques nouvelles et arts associés nous dévoilera enfin le palmares 2008, tant attendu par tous les professionnels et amateurs des musiques nouvelles.

Une occasion également de rencontrer des artistes, des labels, des éditeurs... au sein du marché international qui se tiendra le 4 avril de 10 h à 18 h 30 au Cirque d’Hiver (Paris).

-  En savoir plus sur les Qwartz

Némo, le rendez-vous multimédia d’Arcadi

Puis, du 10 avril au 20 avril, Némo, le festival incontournable de tous les amateurs d’expérimentations audiovisuelles et de nouvelles images, fête ces dix ans. Chacun pourra y découvrir des œuvres au sein de la programmation des Panoramas internationaux - conçus en collaboration avec le magazine Repérages - et des Music video, des performances audiovisuelles, cinéma live, expanded cinéma, vjing, des installations...

Némo poursuit ainsi son travail de défrichage de ces images expérimentales de plus en plus populaires et d’un multimédia de création en grand danger.

-  En savoir plus sur le festival Némo

Création et culture multimédia en danger

Car le printemps n’est pas si florissant... Culture et création multimédia sont plus que jamais menacées en France. Depuis janvier dernier, le ministère de la Culture se désengage massivement de la culture multimédia, remettant en cause son soutien à des lieux, à des structures, à des projets de création ou de recherche, à des festivals, à des actions pédagogiques et de médiation et ce, sans concertation ni délai, sans fournir un quelconque argumentaire. Conséquences immédiates : des lieux ferment, des festivals sont annulés, des actions culturelles ou pédagogiques sont menacées à très court terme sur l’ensemble du territoire et les artistes songent déjà à s’expatrier.

-  En savoir plus

Jocelyne Quélo

 
xrings, webzine Apple et Mac OS X, Internet et nouvelles technologies.
mardi 29 janvier 2008 - 09:05 / 
Humeur
 

Communiqué des acteurs de la culture multimédia

Communiqué des acteurs de la culture multimédia, Multimédia, Culture

Lundi dernier, nous vous avions annoncé sous forme de billet d’humeur la menace pesant sur l’ensemble du secteur de la culture multimédia et de la création numérique en France.

Vendredi 25 janvier, les acteurs de la culture multimédia se sont réunis et appellent dès aujourd’hui à une mise en cohérence entre les déclarations du Président de la République, les préconisations stratégiques et la mise en œuvre concrète par la Ministre de la Culture ; le maintien et le renforcement des politiques publiques menées jusqu’ici en matière de culture multimédia ; une évaluation qualitative et quantitative de ces politiques publiques ; une concertation avec l’ensemble des acteurs de ce secteur pour construire collectivement les politiques culturelles multimédia, publiques et privées.

Ils invitent également les acteurs « culture multimédia » à se joindre à l’Assemblée Générale de la fédération le 18 février 2008 à Paris ainsi que chacun à manifester son soutien par la signature de l’appel et la diffusion de ces informations.

Communiqué

culture-multimedia.org

Nous, structures et acteurs « culture multimédia », menons depuis 10 ans des projets de création, de recherche et de diffusion artistique, des actions culturelles, pédagogiques et de médiation, avec des publics, en réseau sur des territoires. Nous participons ainsi à fonder des repères dans notre société de l’information et de la connaissance par l’accueil et l’accompagnement d’usages et de pratiques du multimédia relevant de l’intérêt général.

Le ministère de la Culture, sans concertation ni délai, sans fournir un quelconque argumentaire, a fait le choix de son désengagement de la culture multimédia remettant en cause son soutien à plus de 115 lieux en France, aux festivals d’arts numériques et à la création multimédia. Cet acte met devant le fait accompli autant les acteurs que les collectivités, qui elles aussi se sont engagées dans ces politiques.

C’est pourtant ce même ministère de la Culture, qui depuis 1998 avait initié une politique volontariste de soutien à la démocratisation culturelle multimédia et à la création artistique, en privilégiant une professionnalisation des acteurs et une innovation des modes de productions avec les artistes et les publics. Cette politique a été unanimement plébiscitée par tous les gouvernements successifs, pour ses missions décrétées et reconnues par tous d’utilité publique, et réaffirmée par le Président de la République dans la lettre de mission à madame la Ministre de la Culture. Cet acte est ainsi en contradiction complète avec les choix stratégiques de ce gouvernement autour de la société de l’information.

Même si, jusqu’alors, les aides individuelles accordées aux lieux peuvent paraître dérisoires entre 5 000 et 30 000 euros par an, ces faits ont des retombées considérables pour les acteurs de la culture multimédia, dont les conséquences immédiates et concrètes sont :

-  précarisation extrême de l’économie des structures ;

-  suppression de postes ;

-  remise en cause de l’accueil d’artistes et de la diffusion des œuvres ;

-  remise en cause des actions culturelles et éducatives en direction du grand public, de l’accueil des scolaires ;

-  fermeture de lieux de médiation et de création sur les territoires et à destination des populations ;

-  mise en péril d’une réalité de l’aménagement culturel du territoire et de la circulation des compétences dans les réseaux.

Le rapport de force que fait naître le ministère de la Culture nous convainc de réaffirmer l’enjeu des actions que nous portons avec les artistes et auprès des publics, et de nous doter des outils qui nous permettent d’assurer la défense de ce secteur, de ses structures et de ses emplois, notamment par la formalisation de la création d’une fédération nationale des acteurs de la culture multimédia.

Forts de cette structuration et au regard des enjeux, nous sollicitons un réexamen de la politique de l’Etat et demandons :

-  une mise en cohérence entre les déclarations du Président de la République, les préconisations stratégiques et la mise en oeuvre concrète par la Ministre de la Culture ;

-  le maintien et le renforcement des politiques publiques menées jusqu’ici en matière de culture multimédia ;

-  une concertation avec l’ensemble des acteurs de ce secteur pour construire collectivement les politiques culturelles multimédia, publiques et privées ;

et nous invitons les acteurs « culture multimédia » qui se reconnaissent dans cette démarche et dans les valeurs posées par l’association à se joindre à l’Assemblée Générale de la fédération le 18 février 2008 à Paris.

Jocelyne Quélo

 
Voir en ligne : Manifestez votre soutien, signez la pétition !
 
xrings, webzine Apple et Mac OS X, Internet et nouvelles technologies.
samedi 15 décembre 2007 - 00:00 / 
Création
 

Troubles de la perception, illusions sensorielles

Troubles de la perception, illusions sensorielles, Création, Interface, Interactivité, Performance

Samedi 15 décembre 2007 à 14 heures, la Maison Populaire de Montreuil organise, dans le cadre du Salon numérique Interface textile XYi et Troubles, une visite commentée et rencontre en présence Maflohé Passedouet (peintre et scènographe).

Performance dansée et live

(JPEG)

Actrice des déformations et transformations de l’univers pictural qu’elle explore, Maflohé Passedouet investit de manière singulière les interactions entre les sens et les outils numériques, une recherche donnant naissance à une relation intime du corps au virtuel dans une atmosphère à la fois esthétique et poétique.

Cette rencontre sera également l’occasion de découvrir ensemble la résidence de création Autoportraits qu’elle propose aux adhérents des ateliers d’Arts plastiques et à tous ceux qui désirent s’investir dans une démarche de création dès janvier 2008.

Frédéric Guerrier

 
Voir en ligne : Voir sur le site de la Maison Pop
 
xrings, webzine Apple et Mac OS X, Internet et nouvelles technologies.
xrings, webzine Apple et Mac OS X, Internet et nouvelles technologies.
Copyright 2002-2017 xrings - Tous droits réservés - Mentions légales - Propulsé par SPIP - Webdesigner et référencement Frédéric Guerrier